Recherche

Recherche avancée accéder

Maison de l'Eau

La vue du balcon axial du château

Galerie du projet

Description

Une inscription dans un parc de château :
L’implantation du château dans son parc, la forte axialité de la composition sont un contexte paysager fort dans lequel la maison de l’eau s’insère sans dénaturer.

L’architecture du château du Bosc-Feré, comme l’architecture de son parc, même s’il ne s’agit pas d’une architecture insigne méritent cependant un certain respect. Par ces proportions, le jeu du corps central légèrement saillant, et les deux ailes symétriques, l’architecture se révèle être, pour la partie centrale, de la fin du XVIIIème siècle. Le tracé du parc fait référence également à un ordonnancement classique dans lequel le château joue le rôle de point focal de la composition.

Le principe d’inscription de la maison de l’eau part de l’analyse de l’ensemble bâti et des proportions du parc. L’établissement d’un tracé régulateur, à partir du château et de ses dépendances, permet d’établir un tracé d’implantation de l’équipement le plus harmonieux possible.
Nous avons donc choisi à la fois de l’inscrire suivant l’axe majeur du château et de ne pas encombrer l’espace libre face au château. Il nous a paru dès lors naturel d’inscrire la maison de l’eau dans le sol, pour les raisons évidentes que nous venons d’évoquer, et bien sûr pour les raisons liées au thème de l’eau.

Un jardin d’eau géométrique

L’eau comme miroir, référence aux jardins et parcs classiques

Dans la continuité de notre réflexion patrimoniale, le bassin axé dans la composition, en référence au bassin classique s’est rapidement imposé. Il nous a permis très vite d’argumenter l’aspect miroir d’eau et la qualité de l’eau physique qu’un tel bassin nécessite. Cette eau traitée dans les jardins d’agréments classiques n’est pas naturelle, elle est issue et exploitée par une ingénierie hydraulique, un génie de l’eau qui sait la faire jaillir et l’utilise pure. Un tel emploi évite la mousse, les algues et toute espèce vivante pouvant s’y développer. L’eau ici est perçue non pas comme source de vie mais comme surface de réflexion des images, du ciel, du château.

Description de l’architecture proposée :
L’architecture proposée est donc définie en premier lieu par le site même, par l’héritage historique induit de la position symbolique du projet, en second lieu par l’eau elle-même sous toutes ses formes.

L’eau est effectivement déclinée sous de multiples formes qui organisent un discours cohérent. A la fois au niveau des toitures de la maison où l’eau devient plan de référence, miroir d’eau, et aussi dans la couronne alentour où elle chemine et s’étale. Sur la couronne, elle circule de bassins en bassins se purifiant à mesure qu’elle descend par degrés.
La maison de l’eau elle-même est composée comme un seul bloc compact. Sa couverture est faite d’eau et permet la meilleure régulation thermique possible par le phénomène d’évaporation. L’espace de 300 m² environ situé sous les deux bassins ce

Construction d'un équipement destiné à l'accueil de classes d'environnement sur le thème de l'eau. Bâtiment en vis-à-vis du château de Bosc-Féré.

Revenir à la carte interactive

Lieux

  • Château de Bosc-Féré
  • Thuit-Signol (27370)
  • Département : Eure
  • Région : Normandie
  • Pays : France

Dates

  • Date de conception : 2006
  • Date de réception : 2009
  • Mise en ligne : 01/06/2015

Acteurs

  • Maître d'ouvrage :
  • Commune du Thuit-Signol
  • Architecte(s) :
  • Daniel Cléris, Jean-Michel Daubourg
  • BET structure :
  • AR&C
  • BET Fluides+Elec :
  • Louis Choulet
  • Paysagiste :
  • Green Concept
  • Graphiste :
  • Margaret Gray

Informations complémentaires

  • Surface utile : 530 m²
  • Coût HT des travaux : 1 690 000 € HT

Caractéristiques

Maison de l'Architecture de Normandie - Le Forum