Recherche

Recherche avancée accéder

Salle festive et culturel de Succieu

Salle festive Succieu Vue lointaine

Galerie du projet

Description

Le projet prend place dans la région « des terres froides ». Ce territoire a un rapport puissant à la terre, utilisée pour bâtir les granges en pisé, elle est matériau de construction et apparaît comme une résurgence du sol, un soulèvement massif et brut.
Les granges figent l’architecture dans un paysage minérale à la couleur jaune et patinée, et contrebalacent la rudesse du climat local. La pluie y tombe plus que de raison, la brume aime à s’y languir, enveloppant d’un filtre ouaté ces monolithes jaune, la neige s’y accroche, semblant ne jamais vouloir s’évanouir.
Le projet n’a pas la tentation d’apparaître comme la version réduite d’un zénith délocalisé en campagne qui tenterait maladroitement d’apparaître comme le symbole d’une urbanité rassurante. C’est bien une salle des fêtes de campagne. Rien de plus.

Son statut est binaire, d’une part robuste pour résister aux aléas du temps et d’autre part amicale, prêt à accueillir les différentes manifestations ; Les mariages, les quatre-vingt ans de mémé, le bal du rugby, le repas des chasseurs, le tournoi de pétanque. La vie simple d’une commune qui se cristallise en ce lieu du rassemblement . Elle n’a pas besoin de faire signe, le lieu est connu depuis longtemps, elle s’insère simplement dans une tradition locale.

Le projet interroge l’architecture vernaculaire. Il s’appuie sur sa forme simple et archétypale : le pignon et son toit à deux pans. Il la manipule, ne conserve qu’un pignon, la déforme, l’accompagne vers une attitude contemporaine et questionne son statut. L’ élément de base de la salle est le fruit de la rencontre entre la tradition et la modernité. Point de choix ici, simplement la tentative d’un accouplement, d’une rencontre amoureuse au milieu des champs.

Le projet porte la croyance dans la sensualité comme réponse à une gentrification galopante qui transpose les codes de la ville dans le tissu rural. Le projet choisit d’embrasser son époque et adopte une attitude assumée, porteuse de signe et onirique.

Il tourne le dos aux pavillons voisins qui réactivent des thèmes de l’habitat au travers d’un imaginaire actuel fantasmé : l’enduit saumon, la tuile provençale et les colonnades parfois. Le projet est un hommage rendu au territoire et à son identité, à l’enduit saumon il préfère le béton ocre, à la tuile provençale la patine du pisé et aux colonnades moulurées le plaisir simple d’un mur qui filtre la lumière.

Réalisation d'une salle festive et culturelle, et de vestiaires.

Revenir à la carte interactive

Lieux

  • Succieu (38300)
  • Département : Isère
  • Région : Auvergne-Rhône-Alpes
  • Pays : France

Dates

  • Date de conception : 2013
  • Date de réception : 2014
  • Mise en ligne : 14/03/2017

Acteurs

  • Maître d'ouvrage :
  • Commune de Succieu
  • Architecte(s) :
  • SPACES Architecture

Informations complémentaires

  • Surface utile : 540 m²
  • Coût HT des travaux : 860 000 euros HT

Caractéristiques

Maison de l'Architecture de l'Isère